Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
16 juillet 2010 5 16 /07 /juillet /2010 17:21
...Salerne.. Naples... Rome... Brescia... ...
Barcelone... Dakar...Alger... Berlin...
Athènes...Stockholm... Bucarest... ..
.Paris... Le Mans...2009... ?
 
Ghost ... Art !
 
Nomades d'art et de vie: dérobés à l'intégration...
En mouvement dans les images du temps:
images de créatures dans un temps / immuable/ qui se trans-forme -nt...
Images cristal / pour se soustraire aux discours dominants /
rendre possible de se rendre imperceptibles /
pas reconnaissables en tant qu'identités socialement constituées/
en habitant des lieux ambigus / en laissant des traces im-prévues...
rien qu'un instant ...
Et, à chaque instant, fêter la pensée/ ses promesses énigmatiques/
tisser des relations harmonieuses avec des zones de non connaissance,
d'ignorance constitutive, pour donner consistance à notre savoir:
pensée critique / lumière de l'ombre...
Une danse de la grâce et du témoignage qui désactive les fonctions communicatives et informatives
d'une certaine politique et d'une certaine philosophie, pour les rendre plus proches de la poésie et de l'art , pour s'ouvrir à de nouvelles utilisations .
Pour re-con-joindre ce qui a été séparé avec la force et vivre l'ambivalence du sacré entre rejet et attirance, dans les multiples mises en scène contemporaines...
Sup-porter la suspicion de la part d'une culture indifférente et bon marché vis à vis des cultures soi-disant minoritaires, qui essayent d'apporter des valeurs "autres" et, surtout, irréductibles à la marchandisation générale de la vie.... et à l'assujettissement progressif des individus .
Revenir à une esthétique , oui, mais dans le sens grec, comme faculté de percevoir par tous les sens associé: la connaissance sensible dans son entier; au sein de l’activité d’un esprit, qui n’est lui-même qu’un mode de la pensée:sérendipité d'un passage troublé; participation magique, résidu, aveu...
Un lieu étrange, singulier, multiple, mobile, en "situation pénétrable", en mouvement imprévisible;
qui interroge et s'interroge.
Un site-non site, une attitude, une action... une ouverture, même à l'errance,
aussi avec quelque chose du charlatan (Socrate), dans une patience ardente ,
en face des cauchemars, des racontars opacifiés des prêcheurs de la nécessité absolue ...
La r-ésistance commune devant la résignation isolée.
Une démangeaison de (se) connaître, qui rend soupçonneux et, donc, suspect...
et qui confie "aux pensées leur avenue de rêves".
Un type de destin dans un élément transitoire.
Pour déjouer le scandale d'un "arrivisme" des "trucs" et des "recettes"...
Et aspirer à mobiliser l'immobile, contester l'incontestable, engourdir pour dégourdir,
jongler avec les contenus, pour les nier et/ou les ré-créer;
en dépit du malaise, suscité par la contradiction; cependant, prélude de réminiscence...
Vers un savoir ailé, subtil; des pensées agiles et déliées...
 
Ainsi, au Mans, en ce printemps 2009, enivré par cette ancienne cité grave et forte ,
et en ce lieu , de parcelles in-signifiantes, d'incidents minuscules, pré-liminaire et pré-sérieux,
Extrême Jonction, sans la superstition du "définitif",
persiste dans son rêve eutopique d'interprétation et de trans-form-ation ...
de temps en temps taupe, tantôt serpent, parfois oiseau ...
 
Ci-dessous, tout simplement, un "recueil/accueil" des réflexions qui ont accompagné un parcours qui (se) questionne, (se) sollicite, (se) scrute... ...avec l'"Autre" ... Puisque comme le dit A. K. Coomaraswamy: "l'artiste n'est pas un type de personne spéciale, mais chaque personne est un type spécial d'artiste".
 
                                                                                  Eva Rachele Grassi
Partager cet article
Repost0
16 juillet 2010 5 16 /07 /juillet /2010 15:51

Ghost Art, End Art, Nihilisme Post-moderniste...

 

L'art, la "Ghost art", le ghost artiste, qui expose dans la "ghost gallery",

dans le règne du romantisme démo-liberiste-moderniste global-totalitaire

du nihilisme de masse massifié...

 

Zang Toumb Toumb..." Soirée futuriste (Marinetti et Cie s'abstenir please!)...

Nous ( le moi, plus, "je est les autres" rimbaldien ) ; nous, car commence avec la crise , la débâcle, le déclin de la dictature du moi individuel-égotiste, ultralib/globaliste; l'homme moderne postmoderne de ces années de barbarie ultraliberiste de la pensée unique; et alors, nous nous, les authentiques aristocrates de l'époque glorieuse , on est en "grève" de création: grève de la poésie (the poetry enters in to life), de la grand art et blablabla...; la disparition de l'œuvre de l'événement : ah Baudrillard,ou Borges ?MAYA MAYA?

Illusion désillusion: les mots ont perdu leur sens, signifiant et signifié se confondent dans une danse macabre; la multiplication, à la fin du millénaire des discours débats conceptuels, accompagne les dernières œuvres: cette multitude conceptuelle de masse posthume , post conceptuelle, a ouvert le monde de l'art à la prolifération- profanation de l''artistocratie' esthétique et a accompagné la décridibilisation de l'authentique pensée conceptuelle en faveur d'un image pseudo romantique démocrate plus favorable à la circulation des marchandises.

Rares sont les artiste écrivains penseurs qui persistent à construire un discours systémique sur le monde; notre univers n'est qu' un théâtre d'ombres où toute analyse est noyée dans le flot des opinions paranoïaques et où la diversité culturelle est devenue 'komique' car les avocats de cette situation inculturelle de masse sont les entreprises boursières managériales.

Alain Badiou dit que désormais l'esthétique est quantitative; une dictature de l'audimat audience ( une servitude volontaire à La Boétie?) .

Tout est commercial; le profit: 'money money', chantaient les Pink Floyd qui ont accompagné ma naissance artistique de dandy arti-stocrate originaire, bohémien nomade citoyen du monde de la première heure (influencé par Marcel Duchamp, peintre, écrivain d'art), artiste dans l'esprit hégélien, (sur la vague dada futuriste situationniste _à petites doses_sur les ormes surréalistes).

Authenticité ou mystification? Duchamp et Warhol voulaient seulement s'attaquer aux mites platoniciennes du beau kantien; où sont elles toutes les belles querelles sur l'art de la fin du siècle? Tout le monde fait de l'art: auto proclamation, inexpérience... Ce n'est pas du jazz impro, du free; comme c'est le cas pour des jazzmans chevronnés à la Chet Baker, Paul Bley, Miles Davis, Archie Sheep etc .

Une fois, l'artiste, doué d'un art de recherche complexe, était considéré arrogant; jalousé ou admiré. Aujourd'hui, libéré des difficultés techniques, sans expérience, ni recherche, dans le vide absolu du moi égotiste, il est applaudi par les gardiens du goût medialiste; il profite de l''inculture de masse', et même de la sienne, dont il fait un étendard de 'fausse" libération .

Existe désormais une pub ciblée pour ce nouveau sujet de masse à consommer; l'homme 'spontané'(?) est né , est arrivé: sans concept, sans innovation ni invention; pourquoi étudier, réfléchir, penser? à quoi bon la lenteur, les pauses , l'angoisse créative, l'inspiration ,le talent, la technique artisanale, le savoir faire de l'humain, l'art de l'artisanat ou l'artisanat de l'art?

Le rêve de l'art pour tous, est-il devenu un cauchemar? Combien de ces néo 'autistartistes' ont vraiment lu un Warhol, qui dans son journal a aussi dit des absurdités et/ou provocations? Un Picabia , controversé en tant qu'individu, un Marinetti et ses complicités avec Mussolini ...etc.

Le mot avant-garde d'une fois est devenu phénomène d'idiotie, une œuvre pseudo-imaginaire où il suffit de s'autoproclamer artiste... (ni recherche, ni imagination, ni étude(s) et apprentissage de savoir faire près des vieux artistes expérimentés, ni garde-fous critique, ni historiens experts de l'art...).

L'art actuel est un fleuve sans marges , abandonné à lui même... Et l'honnêteté intellectuelle, le respect envers les artistes d'une génération qui ont vécu parfois avec angoisse et ont donné leur vie à cette sublime manifestation humaine qui ne mourra jamais? L'art et la vie des situationnistes dadaïstes ou l'art de la vie de Luigi Pirandello? Un art que ne soit pas impliquée dans les problématiques sociales est-il possible? C'est le virus de la star-académie massifiée. C'est l'ère de l'artiste- dieu, après la mort de dieu nietzschéen? Mais l'ont-ils-lu vraiment, F. Nietzsche? Est-il possible un art sans implications dans le sacré, le spirituel, le mystique ( Kandisky, Pollock, Rothko). Malheureusement on a en face de nous un art égo-intimiste, fils de l'individualisme de masse ultraliberaliiste et commercial, qui s'abstient complétement de la vraie philosophie, de la politique, des gens,de la vie, de la critique du "biopouvoir, du "psicopouvoir,'de la philosophie de la vie quotidienne; un art qui ne parle pas ou qui ne défend guère la partie vivante de la planète, de l'existence, l'écologie des esprits, la critique d'une 'science de la domination'.

Il faudrait, pour "refaire les mondes", des arts au pluriel, une autre" boite à outils", comme disaient Guattari et Deleuze; ainsi que Foucault, Simondon, Spieglers . Une nouvelle critique artiste (sur la vague des luttes des artistes intermittents du mouvement alter mondialiste français), différente celle-là de l'autoritaire pensée critique; une nouvelle critique artiste démocratique et plurielle, pour re/construire un nouvel ordre artistique politique, plus juste (pour les arts nouveaux liés aux nouvelles technologies. comme ce fut le cas pour l'arrivée de la photographie) .Une nouvelle critique avec des nouveaux termes, concepts, percepts philosophiques; pour analyser ce nouveau panorama d'artistes, en particulier celui de tous ces artistes qui affolent le 'webworld '/'blogosphère' d'un art sans garde-fous. Pour faire aussi le tri entre tricheurs et gens créatifs qui travaillent honnêtement, sérieusement à enrichir, en habitant la vie en poésie, l'existence de nous tous, en essayant, ensemble, artistes et regardeurs co-participants, public averti, spectateur actif et/ou emancipé , de partager le sensible, de réfléchir pour dialoguer, encore et toujours ensemble, pour une autre monde possible altermondialiste à venir... Une ère où l'art devient vraiment une activité parmi les autres ... Aux antipodes de cette époque de perte du sens, de mensonges, des faux pseudo-arts, cultures, pour tous, de crétinisme de masse ...pas masses critiques... Et si on regardait un peu ailleurs...?

 

POST SCRIPTUM: 'Le biopouvoir', comme le 'psicopuvoir' des classes dominantes, est partout, et c'est le devoir de nous, les artistes chercheurs cyberdada engagés, de la pensée critique radicale,d'art critique, je dit, de la " thing- art", de le mystifier. Comme suggère aussi le philosophe Bertrand Spieglers, dans son manifeste du mouvement d'artistes philosophes d'art sociologique:" Ars industrialis". "Ce siècle sera celui de la créativité quotidienne...mais il a commencé avec un malentendu; jamais autant d'humains n'ont aspiré à être reconnus comme des créateurs sans manifester ni aucune générosité créative,sociale,ni aucun talent artistique..." (extrait librement, du texte de Luis de Miranda, "Ego-Trip") "En vérité un réalisme schizoïde et un réalisme antischizoide se font face;le premier à l'air sérieux,le second à l'air insolent". (Peter Sloterdjk) Je serais enclin à penser qu'il ne serait jamais venu à l'idée des peintres de Lascaux qu'ils étaient en train de produire de l'art sur ces murs" (Arthur Danto) Aristote dit:il y a une différence qui est à la fois la plus grande et la plus parfaite (Gilles Deleuze, "Différence et répétition")

Laissez,laissez mon cœur s'enivrer d'un mensonge (Charles Baudelaire)...

 

by '..Serman d'Italie

 

                               Ermanno Angelo Senatore

Partager cet article
Repost0
16 juillet 2010 5 16 /07 /juillet /2010 15:16

Image85 

 

 

TEL . 0039 3209744231

Partager cet article
Repost0

Recherche